Quand on ne sait pas jardiner, on constate

La poussée de printemps provoque toujours cet effet très attendu, type « forêt vierge instantanée » (lyophylisée, en l’occurrence, après plus de trois semaines de sécheresse). Sur le plateau de Millevaches, c’est signe de temps plus cléments, voire de la fin de l’hiver (mais l’an dernier, il a neigé en mai sur une végétation foisonnante).

ça se repique comme de rien, en espérant qu’elles donnent des fruits à leur tour.
On les a gratifiées d’un peu de compost, car en banlieue parisienne, la terre est pourrie.
Il paraît que les tomates concentrent les saloperies qu’il y a dans leur terreau.
Avec tous les fruits traités du Franprix qu’on a empilés au compost, on ne la ramènera pas trop avec nos tomates locales.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s