rouges, belles et bonnes

Celles d’Anja et Emilie, les coeur de boeuf, sont charnues et goûtues, agrémentées d’aneth et de vinaigrette elles se mangent en entrée et re-en dessert. De la variété rustique poussée par kilos dans le sud de la Haute Vienne, en plein air.
Les 2 petites, cueillies avant qu’elles n’éclatent devant chez Roman et Juliette, au plein air de la Creuse, ont le goût des cerises, en plus fondant. Certainement grâce à Denise qui les arrose tous les jours en l’absence de leurs propriétaires.
Bon, sang, que les tomates d’été vont manquer en hiver.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s