Blitz-Bretzel

Première chose à faire après 7h de train à jeun, en descendant en gare de Leipzig : se jeter sur un bretzel, puis une curry wurst. Pas de doute, cet alignement de stands de bouffe pas chère au bout de chaque quai : on est bien en Allemagne.

Le prétexte de cette escapade : le DOK festival de Leipzig qui programmait Maria Magenta. Mais c’était aussi pour aller voir ma cousine et sa famille.

Et leur maison, et leurs poules, et leurs lapins.

Les poules sont naines et japonaises. Des poules de luxe, enfin, une variété ancienne de poules d’ornement.

On les appelle « chabo » (petit, en japonais).

Il y a plusieurs variétés de chabo, mais toutes sont courtes sur pattes. Les Daruma (comme le petit coq noir que porte Lily, si je ne me trompe) ont la queue plus courte, une moins grande crête, et ont un caractère très doux.

Les chabo ont en général le bout des plumes un peu pointu, mais au Japon, on considère ça plus chic lorsque le bout est arrondi. Il y a donc des sélections génétiques dans ce sens.

Idem pour le pelage : les « Sakura » (fleur de cerisier) ont les plumes tachetées de blanc. Et c’est plus beau lorsque les points blancs sont homogènes. Ha, les concours de beauté de poulettes…

Là, je crois que c’est une sakura et son poussin.

Car un véritable amateur de chabo fait de la reproduction.

Bon, cette année, ils ont eu 6 mâles. Pas terrible pour les oeufs (ai-je oublié de dire que les chabo pondent des oeufs pas très grands mais tout à fait comestibles?)

Que faire des mâles ? La même chose que dans tous les élevages…

C’est très bon, d’ailleurs.

Et les lapins ? Ils ne pondent pas, ce sont uniquement des animaux de compagnie.

Et ils ne finiront pas comme les poulets : ces deux gros mâles sont bien trop vieux, et déjà castrés.

Pas de leçon de vie avec les lapins, donc.

Du moins pas les lapins de ma cousine.

Car dans le film de Mario Schneider, Mansfeld (The man’s field) il y a une scène d’abattage de lapin très bien vue (et très bien montrée en retour). Elle en annonce une autre, avec un cochon, mais je ne veux pas énumérer car on va croire que Mansfeld est un film de boucher alors que non. Ou un film militant vegan et : pas davantage.

Mansfeld est un documentaire sur des enfants d’une dizaine d’années, dans une petite ville d’ex-Allemagne de l’Est. Les devoirs, les passe-temps, les relations avec les parents… et puis, petit à petit, se dévoile une tradition propre à ce village, qui fête la fin de l’hiver avec un rituel très codifié. Les enfants y ont un rôle, ils s’y préparent.

Et c’est beau, ce film qui mène ses spectateurs à découvrir avec beaucoup d’attention de quoi sont faites ces vies et comment a lieu la transmission de savoirs, d’histoires, de la mémoire familiale et de la culture. ça commence comme un épisode de streap-tease, ça finit avec une fête populaire qui pourrait se résumer en une blague ou un synopsis de strip tease. Sauf qu’on n’a plus du tout envie de le résumer à ça, tellement on a passé de temps avec chacun, savouré les points communs et les différences de cette petite société.

J’espère que ce film sera distribué un peu en France, il le mérite. Il a eu le prix « Defa » pendant le festival, ça contribuera peut-être un peu à le faire diffuser.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s