à la découverte du son (pour Syntone)

L’été dernier, dans les Côtes d’Armor, petit tour dans un endroit génial : le Centre de découverte du son à Cavan (22140). À la fois parc de loisirs, ode à la bidouille et à la récup’, installation artistique, centre pédagogique, jardin paysager encourageant l’écologie sonore et le Do it Yourself…

Balade_Cavanextrait

 

Cette visite, certes familiale, mais qui ne devait rien au hasard, a donné lieu à une chronique dessinée parue dans le numéro 11 de la revue de l’écoute (les carnets de Syntone), et qui est aussi lisible en ligne ici : http://syntone.fr/balade-au-coeur-de-la-redecouverte-du-son/

Lisez-la donc, lisez Syntone et abonnez-vous si vous aimez ce site et sa belle revue désormais en bichro, mais SURTOUT allez faire un tour au Centre de découverte du son ! C’est un délice que de tels lieux existent, profitons-en allègrement, avec ou sans enfants, avant, pendant ou après la saison des mûres.

Balade_Cavan07sentier

Publicités

Makis and co

Au Zoo de Vincennes, parmi les animaux mascottes adorés du public, on compte les lémuriens maki catta. Certains sont dans des cages, d’autres en plein air, sur l’île aux lémuriens.

Très vifs, ceux-là vont et viennent, jusqu’au haut des arbres, provoquant moult commentaires chez les visiteurs réguliers. Ils ont une façon bien à eux de s’enrouler dans leur longue queue, mais aussi de se regrouper en tas de 6 ou 8 sur une branche : plus statiques, mais trop emmêlés pour que je parvienne à un croquis potable.

Les lémurs mongoz, eux, étaient moins imbriqués sur leur branche (le mâle, c’est le roux, de dos). Moins vifs aussi, mais peut-être plus âgés, ou plus contraints par leur cage… la loi du zoo, ça reste de s’esbaudir devant des animaux enfermés.

 

 

 

espèces de nonos

Maman ours et oursonne dans l’exposition « Espèces d’ours! » au Muséum d’histoire naturelle (visible jusqu’en juin). Chouette visite, y compris pour les moins de 2 ans. Suffisamment peu fréquentée le mercredi entre midi et deux pour qu’on finisse par dessiner des nonos par terre devant des spécimens empaillés (pour une fois, « nono » voulait bien dire ours, pas lémurien en peluche).