Truite fraîche

truite_de_correze

Un des inconvénients du Limousin, c’est cette distance jusqu’à l’océan Atlantique et ses poissons. Heureusement qu’il y a quelques élevages, notamment en Corrèze, et qu’un pisciculteur fait le déplacement à la foire d’Eymoutiers (tous les 3èmes jeudis du mois).

Son stand : une table de camping avec une balance et trois panneaux de prix : Omble chevalier / truite fario / truite. Derrière lui, un genre de tank sur une remorque, dans lequel il prélève, à l’épuisette, l’espèce et la quantité désirée. Contre à peine trois euros, il estourbit la bestiole ci-dessus d’un geste sûr (les poissons ne gigotent jamais longtemps sur la balance). ça semble cruel, mais guère plus qu’une pêche au filet ou à l’hameçon, quand on y pense. Vu la saveur du plat cuit quelques heures plus tard, avec juste un filet d’huile d’olive, de citron et une pincée de gros sel, je ne suis pas près d’être végétarienne.

PS du 8 juin : il semble bien que le geste sûr du  bourreau ne soit pas sans lien avec la qualité de la chair : ainsi les pêcheurs suisses apprennent à estourbir correctement leurs prises.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s